Le nouveau gouvernement envoie un signal positif aux immigrants et à la communauté multiculturelle

Bien que les candidats aient rarement abordé, pendant la campagne électorale, l’importance de l’immigration, le premier ministre Higgs et son nouveau gouvernement progressiste-conservateur ont clairement indiqué dans le discours du Trône que l’immigration constituera un aspect important du plan pour l’économie. Le premier ministre a indiqué que les efforts menés dans d’autres provinces du pays en matière d’immigration donnaient de bons résultats économiques.

« La décroissance démographique dans notre province doit cesser. Grâce à la relance de l’activité économique de notre secteur privé, de nombreuses familles néo-brunswickoises pourront revenir au bercail. Nous devons amener des immigrants à s’établir au Nouveau-Brunswick afin de renforcer notre économie et nos collectivités. Lorsqu’elle est bien gérée, l’immigration entraîne la création d’emplois. Les provinces et les États qui attirent des immigrants connaissent par ailleurs une plus grande croissance économique. » — Extrait du discours du Trône du 20 novembre 2018.

Selon le Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick, il s’agit d’une validation importante pour les quelque 35 000 immigrants qui habitent dans la province. Il s’agit de plus d’un encouragement pour les milliers d’immigrants qui souhaitent s’installer au Nouveau-Brunswick.

« Le gouvernement a défini ses priorités, qui sont la croissance des petites entreprises, la protection du système de santé et la création d’un système d’enseignement de premier ordre, a déclaré Alex LeBlanc, directeur général du Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick (CMNB). Dans la province, des centaines d’entreprises connaissent d’importants problèmes de main-d’œuvre. Notre système de santé se tourne vers l’immigration pour remédier à la pénurie d’infirmières, de soignants et de personnel d’aide à la personne. Presque tous les collèges, écoles et universités publics enregistrent une baisse des inscriptions des élèves et des étudiants nés au Nouveau-Brunswick. Nous considérons donc que l’immigration joue un rôle clé dans la réalisation de toutes les priorités du nouveau gouvernement. »

« Nous devons continuer à améliorer les taux de rétention, mais nous devons également favoriser l’immigration de façon notable pour remédier aux pénuries de main-d’œuvre, a déclaré Moncef Lakouas, président du Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick. Nous pensons qu’il faut augmenter l’immigration de 1 %, ce qui représente environ 7 500 immigrants par an et correspondrait à la moyenne nationale. »

Lakouas fait référence aux solutions recommandées dans le récent rapport de la tournée Nouvelles conversations que le Conseil multiculturel a organisée — ce rapport se trouve sur le site Web du Conseil. « La province doit élaborer une stratégie de reconnaissance des titres de compétences, augmenter le nombre des étudiants étrangers et leur taux de rétention, ainsi qu’élaborer une stratégie de recrutement et de rétention des nouveaux arrivants dans les centres plus petits et francophones de la province, a-t-il expliqué. Le CMNB et ses organismes membres sont prêts à intensifier leurs efforts pour accueillir plus de nouveaux Néo-Brunswickois, les aider à s’établir ainsi que les retenir afin que les collectivités et l’économie de la province puissent se développer.»