L’Intolérence religieuse « innacceptables et non-Canadiens », selon le président du Conseil Multiculturel du N.-B.

statement

Le Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick est en deuil pour les six morts et dix-neuf blessés au Centre culturel islamique du Québec ce dimanche soir dernier. Nous nous tournons vers les Canadiens de toute foi afin de se rejoindre en solidarité avec les familles affectées. L’attaque terroriste au Centre culturel islamique du Québec est déplorable et ne reflète pas les valeurs canadiennes.

Mike Timani, président du Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick a partagé les remarques suivantes : « Nous ne pouvons sous-estimer l’impact négatif que l’intolérance religieuse a sur notre société et notre sécurité. Quand nous fermons les portes et nous tournons notre dos vers le monde et la liberté religieuse, cela mène à une culture de peur et de rupture. Les Canadiens doivent choisir l’acceptation et l’unité au-delà de la peur et de la rupture. Ces valeurs nous guiderons ultimement vers une société plus sure. » Timani a ajouté, « la peur, la violence et l’intolérance religieuse sont inacceptables et non-canadiennes. Cela ne reflète tout simplement pas qui nous sommes, et nous devons condamner ces actes. »

Les Néo-Brunswickois ont démontré leur esprit chaleureux en ouvrant leurs communautés et leur cœur à plus de 1,500 nouveaux Canadiens qui sont arrivés comme réfugiés de la Syrie au cours de cette dernière année. « Les gens de toute foi ont tissé des amitiés avec leurs nouveaux voisins musulmans et ont créé des liens à vie. Ceci c’est l’histoire canadienne – non pas ces attaques insensées à Québec », a déclaré Alex LeBlanc, directeur général du Conseil multiculturel du Nouveau-Brunswick.

« Je pense que les gens à travers l’Amérique du Nord et le monde entier sont affectés par le double impact des interdictions de voyage contre les Musulmans aux États-Unis et les attaques antimusulmanes à Québec », ajoute LeBlanc. « Alors que nous réfléchissons sur le travail important et continuons de bâtir une société multiculturelle et pluraliste, j’espère que ces incidents enhardissent davantage l’engagement collectif des canadiens de créer une société ouverte où tous sont accueillis peu importe leur foi, leur couleur ou leur pays d’origine. »